Voyage en Creuse sur les traces des nouveaux chercheurs d’or

Benoît Dupuis, ce jeune agriculteur avance d’un pas décidé, marche t’il sur de l’or ? Ce n’est pas impossible…

Un permis qui en dit long

Voilà une vingtaine d’année, dans le secteur du village de Felletin, la division minière du groupe TOTAL avait déjà effectué des prélèvements. Ceux-ci ne s’étaient pas avérés assez concluants à l’époque. Mais voilà que la société Cominor, acronyme de Compagnie Minière Or, active surtout en Afrique semble s’intéresser au sol français.  En effet, La société Cominor a sollicité un permis de recherche de 3 ans. La compagnie minière va engager 3 millions d’euros en collaboration avec l’Etat français sur le département de la Creuse. Ce regain d’intérêt va de pair avec l’investissement consenti du gouvernement français de plusieurs centaines de millions d’euros dans le cadre de la remise sur pied d’une société nationale d’exploitation des mines décidé en 2014. Ces recherches vont d’une part s’appuyer sur les études précédentes et d’autres part sur de nouvelles analyses du sol. En creuse, ces travaux devront s’effectuer sur les territoires de communes d’Auge, de Bord-Saint-Georges, de Chambonnet-sur-Vouiez, de Lépaud, de Lussat, de Sannat, de Felletin et de Tardes.

De l’or a la portée de tous?

La perspective de ces nouvelles investigations ravive chez Benoit l’agriculteur des pensées dorées. Selon Benoît, il y aurait sous ses terres, un filon en dessous de son exploitation qui n’aurait pas été exploité. Une aubaine pour cet agriculteur né dans la Creuse et dont la spécialisation maraîchère est la permaculture. Situé dans le hameau de Felletin, il y règne une ambiance agréable, ou ses terres surplombes une vallée que traverse un ruisseau qui va rejoindre la rivière de la Creuse qui a donné son nom au département.

Si d’aventure ces forages permettent d’établir que ce vaste secteur géographique concerné de 48 km2 est riche en or, il ne serait pas étonnant de voir débarquer un florilège de touristes guidé par une passion commune, l’orpaillage. Munis de bâtées, pans, tamis, sluice ( plus communément appelé rampe de lavage) et de tout le matériel du parfait chercheur d’or, ils vont découvrir le département de la creuse au travers de la prospection d’or.

Pour l’instant, sur le terrain, tous les villages concernés sont plus ou moins dans l’expectative, ce projet d’étude du sol de l’Est Creusois est accueilli favorablement.

De la richesse, peut-être pas que dans le sol

L’exploitation n’aura lieu que dans quelques années, mais d’après les sondages, les communes vont pouvoir récolter de jolies retombées économiques.   Si tout va bien, si ce sous-sol est une mine d’or, dans 5 ou 6 ans l’exploitation pourrait commencer avec à la clef quelque 200 emplois. La Creuse renouera ainsi avec son passé d’extraction de l’or comme ce fut le cas jusqu’en 1955 dans la commune « Le Châtelet ».

Grâce à la publicité de ce permis d’urbanisme accordé à l’holding Cominor , la Creuse, grande région un peu oubliée pourrait redevenir l’Eldorado du début du siècle précédent. C’est tout le secteur hôtelier, de la restauration et du camping qui va pouvoir se frotter les mains. Les chercheurs d’or de la France entière vont débarquer, munis de leur matériel pour découvrir avant les autres le filon qui les fera devenir riche.

Chercher de l’or, d’accord mais par où commencer?

Après avoir appris les techniques de base de l’orpaillage, si on est tenté par l’aventure et cette ruée vers l’or, pour démarrer, le mieux ce n’est pas de choisir les lieux d’extraction au hasard. Il est plus concluant de de se fier à l’éthymologie des noms des rivières et lieu-dit. Ils sont le vestige du passé, et nous indique si la zone était riche ou non. Maintenant, il vous faudra les interpréter: que pensez-vous de la commune de Saint-Oradoux près Crocq arrosée par la Tardes?

Lors de vos excursions, n’hésitez pas à vous munir de cartes hydrographiques de la région. Remarquez que les anciennes cartes sont souvent plus pertinentes pour la recherche de l’or avec les noms des lieux dits qui n’ont pas encore été simplifié et qui conservent toute l’imagination de l’époque.

Il ne nous reste plus qu’à espérer que cette ruée vers l’or porte ses fruits ou plutôt ces pépites!